Harmoniser son corps et son esprit

L’HIVER, Mouvement Eau dans l’Energétique Chinoise, 'le Grand Yin'. Le mouvement vers le bas de l'élément Eau est intimement lié à sa capacité de stockage.

Un ciel bleu, sec et froid, dur comme un diamant, tintant comme une cloche immense, allègre et joyeux comme un petit caillou, net, limpide, frais, eau glaciale sans une ride, infini, semblable à un aigle planant au-dessus de Paris, dardant sa froide précision céleste sur les maisons, bleuissant les toits, rosissant les murs, enveloppant chaque chose dans sa gaine inflexible. Voilà le temps que j'aime. Un temps dur et tendre à la fois, infaillible. Les gens dans la rue ont le visage rose, le nez pincé par le froid, les lèvres serrées et pâlies, les traits un peu figés mais resplendissants de bien-être. C'est un temps qui sait ce qu'il veut. Mon bel hiver !

Jean-René Huguenin - Journal

  • L'Hiver en 2018 : du 7 novembre au 17 janvier

CARACTERISTIQUES DE L’EAU

La puissance de l’Eau s’apparente à la force vitale qui travaille au sein de la graine, lorsqu’elle s’enfouit dans la terre en hiver. L’arbre est contenu dans la graine ; peut-on imaginer la force de vie cachée sous le sol gelé de janvier ? Ces milliards de turbines invisibles qui attendent l’énergie Yang du Printemps pour exprimer la vie par tous les pores de la terre ? La mort n’est qu’apparente ; des grains de blé trouvés dans des vases égyptiens et exposés à la lumière et à l’humidité ont germé, 4000 ans après leur naissance …

L’Hiver marque la fin du cycle annuel et exprime la manifestation du Yin maximum, caractérisé par les phénomènes d’intériorité et d’involution.

Si la vie économique et sociale de nos pays, qui se disent développés, ne nous permet pas d’envisager une totale hibernation et puisqu’aucun phénomène ne peut croître sans respecter des phases de repli, il est temps, l’Hiver de nous reposer, de restaurer nos forces pour amorcer un nouveau cycle. Ainsi, le cycle saisonnier contraint tout être vivant aux mêmes exigences d’alternances de rythme qui, si elles ne sont pas suivies, entraînent forcément un déséquilibre.

Cette orientation délibérée vers le repos, les rythmes lents, entretient nos forces vitales thésaurisées par les reins. Toute activité extérieure trop prononcée perturbe ces énergies concentrées, fragilise l’organisme et déstabilise les fonctions psychiques.

LE CLIMAT : le froid

Le froid est Yin par rapport à la chaleur Yang. Contracter, ralentir et figer font partie de ses propriétés. Le froid, comme l'humidité, remonte depuis la plante des pieds vers le dos et le ventre, créant des troubles de la sphère génitale,urinaire ou digestive, entretenant la stagnation de l'eau et les douleurs lombaires. Gardez vos pieds au chaud et couvrez votre tête !

LES ORGANES : reins et vessie

Les Reins sont considérés en tant qu’organes particulièrement vitaux puisque de leurs énergies dépendent toutes les énergies des autres organes. Fondement de notre équilibre physiologique, de notre vigueur physique autant que de notre force mentale, les reins possèdent de multiples fonctions. Il est donc important d’avoir ‘les reins solides’ !

Les méridiens du rein et de la vessie sont en rapport avec le système nerveux, la moelle et les os. Un déséquilibre de cet élément entraînera une fatigue générale, des problèmes ostéo-articulaires, urinaires ou neurologiques, des douleurs du dos voire impuissance ou frigidité.

L’essence vitale : Les reins conservent l’essence vitale prénatale. Le potentiel de cette essence vitale décroît au fil de la vie mais il nous est possible de l’entretenir au mieux et d’en éviter le gaspillage prématuré.

Les os, les moelles, le cerveau : Notre structure osseuse, la moelle osseuse, la moelle épinière et le cerveau, sont nourris par l’énergie des reins.

Les dents,  les cheveux : les dents, appelées ‘surplus des reins’, ainsi que les cheveux, ‘fleurs du rein’, sont nourris par l’énergie de ces organes.

Vie sexuelle : l’appareil génital de l’homme et de la femme, comme la vitalité sexuelle et le processus de reproduction est nourri et entretenu par l’énergie des reins. Les phénomènes de la puberté et de la ménopause sont aussi gouvernés par ces organes.

Gestion des liquides : la gestion de l’eau et des liquides dans le corps est en partie sous la gouverne des reins. Ils participent à leur transformation et à leur circulation.

La vessie : transformation et élimination des liquides impurs sous forme d’urine, soutenues dans cette activité par l’énergie des reins. Nous pouvons noter que l’énurésie des enfants est souvent liée à la peur ou à un sentiment d’insécurité (émotions liées aux reins). Il convient donc d’entourer les enfants d’attentions particulières au moment du coucher.

L’ORGANE DES SENS : L’oreille

Les oreilles étant considérées comme les ‘orifices du rein’, l’ouïe est la faculté sensorielle que soutient l’énergie de cet organe. Avoir l’ouïe fine va de pair avec des reins solides. Si le verbe, le chant ou la musique, si tous les sons nourrissent l’énergie du rein, le bruit l’agresse !

L’EXPRESSION VOCALE 

Une faiblesse des reins se caractérise, sur le plan vocal, par une voix faible, peu timbrée. C’est la voix de la plupart des personnes très âgées chez qui, inéluctablement, l’énergie des reins s’est affaiblie.

LES MERIDIENS

Les reins et le méridien du rein sont Yin. La vessie et son méridien sont Yang.

ATTITUDE EAU : être debout

La position verticale : Lorsque les reins sont solides, l'individu se campe sur le sol, colonne vertébrale érigée, présent à la vie. Le trajet des méridiens reins et vessie soutient cette image, ils circulent dans les jambes et le long du dos. L'épine dorsale, appelée parfois 'arbre de vie', abrite la moelle épinière, ensemble produit par l'énergie des reins. La colonne vertébrale nous donne la possibilité de grandir entre Terre et Ciel et d'affronter la vie debout, avec détermination et vitalité.

En habitant correctement son corps dans la posture debout, il est possible de réduire ou d’éviter la fatigue, et même de revitaliser les reins et les fonctions cérébrales. Il nous faut pour cela considérer les notions d’équilibre, de verticalité et de centre qui sont capitales pour se tenir debout avec un minimum d’effort. Pour réduire au minimum toute tension inutile, il faut donc rechercher la verticalité, avoir le moins possible de parties du corps en dehors de l’axe et, pour cela, trouver son centre de gravité.

Le hara ou Tan T’ien inférieur : La priorité que nous accordons à l’intellect induit une séparation quasi permanente entre la tête et le corps. Selon la Médecine Traditionnelle chinoise, chaque organe étant soutenu et sous-tendant un état de conscience qui lui est propre, le cerveau ne joue qu’un rôle d’ordinateur, à même de recevoir et de transmettre des informations au reste du corps. Si les pieds servent évidemment de base ferme et consciente à notre posture, le ventre va jouer un rôle capital dans notre vécu de la verticalité.

Le ventre, le Tan T’ien inférieur en chinois, hara en japonais, n’est pas l’abdomen dans son ensemble mais le bas-ventre, limité à l’arrière par le point Ming Men, entre les vertèbres lombaires 2 et 3, et à l’avant par l’ombilic. Cette région du ventre est la réserve des souffles originels, de l’énergie ancestrale, énergie primordiale de tout phénomène crée, acquise au moment de la conception. Etre ‘dans son hara’ permet d’entretenir cette énergie vitale et de capter l’énergie subtile qui nous environne, notamment par le point Ming Men ‘la porte de la Vie’. Sur le ventre, à 3 cm sous le nombril, se trouve un autre point important de concentration, le point Qi Hai, ‘mer de l’énergie’. L’activité de cette zone préside à tout art martial, au Qi-Gong , au Taï- chi, à la pratique du tir à l’arc et à la méditation Zen. Se poser dans son ventre, dans toutes les activités quotidiennes, apporte un équilibre physique et psychique, le moyen d’aborder toutes les situations dans le calme et la sérénité.
 

En position debout : Installation

Pieds parallèles écartés de la largeur des épaules

Bassin légèrement basculé vers l’avant pour effacer la cambrure lombaire

Genoux ni fléchis, ni tendus

Respiration abdominale ample et fluide

Sensation de lourdeur dans le bas du corps (amener le poids des organes abdominaux dans le bassin)

Ces différents points vous permettent de vous ancrer à l’énergie de la Terre


Colonne vertébrale bien droite

Epaules détendues, poitrine légèrement creusée, bras souples le long du corps

Tête comme suspendue par un fil (le menton se rapproche très légèrement du cou)

Mâchoire relâchée

Sensation de légèreté dans le haut du corps

Perception de l’énergie qui afflue dans les dix doigts

Ces différents points vous permettent de vous relier à l’énergie du Ciel


LE FIL D’OR… Comment se centrer

Vous vous placez en position debout, vous fermez délicatement les yeux, vous faites trois respirations profondes, vous vous laissez bercer quelques instants par la respiration.

Puis, vous imaginez un fil d’or, lumineux, qui descend du ciel et vient se placer au sommet de votre tête. Il continue son parcours en descendant à l’arrière de la tête. Arrivé aux vertèbres cervicales, il rentre à l’intérieur de votre colonne vertébrale et la parcourt de haut en bas. Il passe les cervicales, les dorsales, les lombaires, le sacrum et ressort au coccyx pour aller plonger dans le sol vers le centre de la terre. Ce fil d’or vous relie au ciel et à la terre et vous recentre autour de votre axe central : la colonne vertébrale.

Le fil d’or est installé et, en vous concentrant sur ce fil d’or, vous pourrez sentir que votre corps énergétique se recentre autour de lui.

Pendant toute la pratique, entretenez une respiration abdominale naturelle. Chaque expir vous permet un peu plus d’extension et d’ouverture des zones que vous travaillez.

En quoi la simple posture debout, comme d’ailleurs une bonne posture assise, peut-elle pacifier l’esprit ? Ouvrir le cœur ? Lorsque vous habitez cette posture, lorsque l’attention et le souffle sont présents, du bout des orteils au sommet du crâne, dans une recherche constante d’ajustements, de détente et d’étirements, l’équilibre naît. Plus question de luttes, de forces en opposition, de résistance à la pesanteur. La tension musculaire juste (l’étirement des jambes dans la posture debout) engendre la détente de zones du corps habituellement crispées. La détente n’est ressentie que par rapport à la tension juste et le lâcher prise est l’espace ténu entre ces deux sensations. Centre et verticalité entrent en correspondance et l’espace intérieur, l’apaisement, deviennent réalité. 

LA DIETETIQUE

La saveur salée correspond à l’élément Eau et convient aux reins. Consommée de façon modérée, cette saveur donne de l’énergie aux reins. Evitez cette saveur, par exemple, dans le cas de déficience du sang, faiblesse générale, tête lourde ou ‘dans le brouillard’. Certains aliments sont particulièrement bénéfiques pour les reins : toutes les sortes de haricots et de légumineuses, légumes d’hiver par excellence, sont à consommer régulièrement. L’hiver est aussi l’époque des fruits de mer, fruits de l’Eau, tout à fait bénéfiques en cette saison. Privilégiez une alimentation chaude et un mode de cuisson lent et prolongé.


LA COULEUR : le noir

La couleur associée à l’élément Eau est le noir ou le bleu très foncé. Les paysages d’hiver, si peu colorés, le ciel bas et gris, les nuits si longues, jouent sur toutes les nuances de cette couleur.


LE PSYCHISME, LES EMOTIONS

Les Reins sont le siège de la volonté et du courage qui donnent naissance au pouvoir de détermination. Avoir ‘les reins solides’ suppose un ancrage, un enracinement. Le fait d’entretenir l’énergie des reins permet aussi d’équilibrer notre mental et notre vie émotionnelle.

Hormones : Les hormones sont l’une des principales sources de motivation. Non seulement les hormones comme l’adrénaline, peuvent mettre à notre disposition des bouffées d’énergie si nécessaire, mais elles fournissent également, pendant toute notre vie, les stimuli pour la croissance, la maturité sexuelle et la reproduction ; dans les circonstances normales, elles assurent notre postérité.

Les trois domaines où les hormones ont un rôle très significatif dans la compréhension du rôle des Reins en MTC sont : le métabolisme de l’eau (les reins, sous la direction des hormones de l’hypophyse, contrôlent l’équilibre entre l’eau excrétée par le corps sous forme d’urine et l’eau restant dans les tissus), l’activité sexuelle (les hormones sexuelles sous le contrôle des Reins contrôlent le système endocrine) et la réponse au stress (si on inclut les glandes surrénales, le rein nous aide à nous adapter au stress).

Peur : notre motivation est habituellement produite par la volonté, la capacité spirituelle de l’Eau, soit par la peur son émotion. Un déséquilibre du Rein s’accompagne souvent de la peur profonde (phobies, peurs irrationnelles) associée à l’élément Eau.


Etirement du méridien de l’Eau (Shizuto Masunaga – ‘Zen Shiatsu’)

  • Rein et Vessie

Cette énergie circule sur la partie postérieure du corps. Elle correspond à tous les liquides organiques, aux os et à la moelle. Sa fonction est de purifier les liquides. Cet exercice se pratique assis.

 

 

Asseyez-vous les jambes tendues devant.

Rassemblez les talons mais pas les orteils.

Gardez les genoux tendus et essayez de laisser les jambes en contact avec le sol autant que possible.

Penchez le haut du corps (à partir des hanches) et étendez les bras vers les orteils.

Tournez les paumes vers l’extérieur afin que les pouces soient dirigés vers les talons

NB : Si vous avez le bassin trop en arrière, placez un coussin sous vos fesses et si vous n’arrivez pas à atteindre vos orteils, préférez tenir vos chevilles plutôt que lever les genoux.

 

 

Source : Les cinq saisons de l’Energie – Isabelle Laading
Théorie et pratique du Shiatsu – Carola Beresford-Cooke

 

 

 

Recevoir la Newsletter :